HostoPhoto - Blog - Sténopé

De la création d’un sténopé 4×5

Loin de moi l’idée de faire un article complet exhaustif sur la pratique du sténopé ou encore son historique ou ses différentes constructions, ca serait beaucoup trop long et d’autres l’ont fait bien mieux avant moi. J’avais envie de raconter simplement mon expérience d’utilisation, de construction et de prise de vue.

J’ai découvert cette technique de prise de vue en travaillant comme assistant d’un photographe australien reconnu pour cette pratique, Anthony Browell. Spécialiste de la photo d’architecture, il utilise le sténopé argentique à coté du numérique pour fournir des images d’un autre style en plus des clichés de commande qu’il réalise pour des magazines et des cabinets d’archi. Il réalise aussi des paysages et du nu.

Les sténopés d'Anthony Browell
Les sténopés d'Anthony Browell

Lors d’un shoot en 2008 sur Hayman Island, une petite île de l’archipel des Whitsunday en Australie, j’ai pu tester la prise de vue avec une chambre sténopé 8×10 et j’ai adoré. Puis à nouveau en 2010 dans le Centennial Park à Sydney en préparation d’une expo.

blank
blank
J'avais l'air inspiré 🙂

Quelques clichés d'Anthony Browell

Cap Taillat - Ramatuelle

De retour en France, j’ai voulu tester le procédé en commençant par la construction d’une chambre 4×5. J’aimais beaucoup l’idée d’un grand format pour pouvoir faire quelques tirages directement par contact. J’avais envie d’images très grand angle donc j’ai opté, dans un premier temps, pour une construction très fine. Après pas mal de recherches, de documentation en ligne, j’ai trouvé ce livre, Pinhole Photography: From Historic Technique to Digital Application, qui rassemble pas mal d’informations autant historiques que pratiques.

Pour la conception, la première étape était de choisir l’angle de vue. Quel rendu voulais-je avoir au final ? J’avais en tête un super grand angle et donc à l’aide d’un petit logiciel, Pinhole Designer (cf. l’article que j’ai fait dessus), j’ai choisi une longueur focale de 32mm sur un format 4×5, équivalent à une longueur focale de 8mm en 24×36. Ensuite avec cette focale en tête, j’ai calculé le diamètre idéal du trou du sténopé : 0,25mm. Ce qui me donne au final, une valeur d’ouverture de f/128.

La fabrication du trou du sténopé peut être faite à la main (pas mal d’infos là dessus dans le livre) mais j’ai préféré laissé ça de coté et acheter le disque chez un professionnel : Sténocamera . Pour la modique somme de 13€, j’ai reçu chez moi un disque à sténopé de très bonne facture, je vous le recommande.

HostoPhoto - Blog - Sténopé
Sténopé par Sténocamera
HostoPhoto - Blog - Sténopé
Sténopé par Sténocamera

Ensuite vient le temps de la construction. 4 bouts de planches, de la colle, un pied à coulisse et en avant. Étant un peu bricoleur, ça ne m’a pas posé trop de problèmes même si le rendu est plutôt rudimentaire. Un ami ferronnier m’a fabriqué le support de trépied et me voilà enfin prêt à shooter.

Néanmoins, la pratique du sténopé requiert de la patience car les débuts peuvent être un peu chaotique. Il va falloir déterminer les temps d’expositions. Encore une fois, le logiciel Pinhole Designer va m’être bien utile. Il permet en fonction de  la valeur d’ouverture (f/128 dans mon cas) de déterminer les temps de pose.

Il indique une correspondance entre une mesure prise à f/22 et la valeur nécessaire à f/128.  Et corrige ensuite en prenant en compte le principe de réciprocité qui rallonge les temps de pose en fonction de la pellicule utilisée. J’utilise essentiellement de la Fomapan 100, parfois shooté à 200 quand les temps deviennent trop long.

J’ai marqué ces temps sur le dos de la chambre pour m’en souvenir.

Pour finir, voici quelques images que j’ai faites avec ce boitier.

2 réponses

  1. Très intéressant ! Avec une amie, nous sommes sur un tel projet. Nous tâtonnons toutefois vis à vis de la longueur de la focale : plutôt 40mm. Et là, les infos et préconisations peuvent diverger : sténopé de 0.22mm selon l’expérience de certains fabricants ou me plier à ce petit logiciel que j’utilise aussi afin de dimensionner l’objet et me faire une idée ; auquel cas, ce serait 0.28mm ? Autre question : comment passer de la focal d’un sténopé 4×5 à l’équivalence en 24×36 ? Merci pour ce retour d’expérience

    1. Le logiciel permet de trouver des correspondances qui ont toujours fonctionne pour moi mais je ne peux le certifier absolument. Je choisis d’abord l’angle de vue qui m’intéresse. Ensuite j’ai la longueur focale en fonction de la surface sensible de film (24mmx36mm) dans ton cas. Et enfin le diamètre du sténopé.

      Sur ce lien : https://galerie-photo.com/focales_et_formats.html tu as un tableau de correspondance pour les longueurs focales en fonction du format du film. Sinon le 3ème onglet du logiciel te donne ces infos aussi.
      Envoie moi un mail via le formulaire de contact si tu veux en discuter plus en détail.
      Bonnes photos 😉

Laisser un commentaire

Partager :